Pouet
Nouvelles de la grande région de Québec
PUBLIER - DIFFUSER - PROPAGER LA NOUVELLE
[ Ndq - Québec ]
 
  • Pages Web  
  • Créez votre compte et Publiez
  • Connexion : Salle de rédaction
  • Untitled Document
        

    Nicole Moreau

    Résidente

    QC - Québec et la région (Capitale-Nationale)

    Québec - Montcalm

     
     


    Nicole Moreau

    +3 (8+ / 13) 62% aiment.
    Carte de visite  
    Copiez l'adresse en utilisant votre souris, cliquez et recopiez dans Google map.
    Diffusez votre page Web       
    Diffusez votre Page Web par courriel

    Publications récentes de Nicole Moreau :

    Parce qu’il subsiste des terres agricoles de bonne qualité dans l’agglomération de Québec, aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est de l’agglomération; il s’agit là d’une question qui mérite réflexion d’autant que l’agglomération de Québec a fait part de son intention de demander le dézonage de terres agricoles dans le schéma d’aménagement et de développement à propos duquel les citoyens sont invités à proposer des mémoires d’ici le 22 août prochain;

    Parce que les informations dont je dispose concernent plus particulièrement les terres des Sœurs de la Charité (200 hectares), dans l’arrondissement de Beauport, le texte qui suit sera à leur propos, mais je présume qu’un discours similaire pourrait être tenu sur les autres terres agricoles existantes dans l’agglomération;


    À nouveau, le maire Labeaume a rejeté du revers de la main les préoccupations de citoyens, cette fois, à l’égard de la forêt de Charlesbourg, comme c’est rapporté dans le Charlesbourg Express du 19 juin dernier et ce, en faveur du projet d’un promoteur immobilier.


    J’ai rencontré le 26 juin des résidents du Vieux Québec engagés dans le processus référendaire autour du projet d’un promoteur pour la Maison Béthanie, vraisemblablement le dernier qui aura lieu à Québec, compte tenu des dispositions incluses au projet de loi 122 voté dans les dernières journées de la session parlementaire. Le promoteur a demandé un changement de zonage afin de pouvoir y aménager 20 appartements, plutôt que les 12 autorisés par le règlement de zonage actuel.

    Donner la parole à ces personnes apparaissait comme un incontournable, aussi bien le point de vue du promoteur que celui de la Ville ont déjà été exposés dans les médias.


    L'équipe Labeaume retirera-t-elle une "leçon" de la négociation qui a eu lieue entre les Villes et le gouvernement du Québec au sujet du projet de loi 122 qui devait retirer le droit au référendum des citoyens? L'équipe Labeaume voulait également des pouvoirs d'expropriation pour des immeubles laissés à l'abandon.


    Avant 2014, il existait des structures qui apportaient un soutien au développement des communautés. À titre d’exemple, on peut penser aux conférences régionales des élus qui s’occupaient de faciliter la concertation entre des partenaires sociaux de la société civile. On peut aussi évoquer le rôle assumé par certains ministères dont une partie des effectifs étaient dédiés à cette fonction, dont la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux, mais également au ministère de l’Éducation dont la mission en était aussi une de soutien des communautés.


    Est-ce que le débat entre les pro-auto et les pro-transport en commun à Québec ne tient pas au fait que le transport en commun n’est pas vu comme un service public dans la région? Ce aussi bien par les élus que par une catégorie de gens pour qui l’utilisation de l’automobile est presque érigé en « droit fondamental ».

    Ce débat vient du fait que tous, nous sommes conscients que les ressources destinées au transport sont limitées.


    Il est étonnant de voir à quel point le même scénario se joue à chaque fois, à la Ville de Québec, quand des citoyens désirent manifester leur point de vue sur un projet de promoteur dans le quartier où ils vivent.


    À la rencontre annuelle du Port de Québec, le 26 mai, nous avons eu droit à un discours très rose des différents intervenants de l’administration du Port. Les trois personnes sont venues nous dire que tout allait bien, que les affaires reprenaient, que le nombre de croisiéristes serait exceptionnel cette année. Dans le cas des politiciens, on évoque souvent l’image de la langue de bois pour qualifier leur discours, mais c’est ce à quoi les personnes présentes ont eu droit au Port par des gestionnaires d’un organisme public. Ça a évoqué pour moi une image très particulière, une vieille chanson dont chaque strophe finissait par « tout va très bien, madame la Marquise, tout va très bien » niant, en quelque sorte, les problèmes successifs.


    Monsieur Labeaume a témoigné, le 17 mai, en commission parlementaire sur le projet de loi 132, intitulé « Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques », il a clairement demandé, selon Radio-Canada, que la gestion de ces milieux soit confié aux villes, avançant que celles-ci avaient toutes les compétences pour assurer le développement et la gestion de ces territoires.


    Une véritable consultation en amont serait sans doute une consultation faite par la Ville auprès des citoyens des quartiers pour identifier l’usage qu’il serait possible d’envisager sur les parcelles de terrain libres. Les citoyens pourraient s’exprimer et faire part de leurs besoins et attentes envers la ville qui, pour sa part, tiendrait aussi compte dans les plans, de projets possibles venant d’autres parties et ferait connaître aux citoyens les choix faits tout en les expliquant. Mais est-ce que c’est ça qu’on vit à Québec?


    On apprend par un article du Journal de Québec du 5 mai que monsieur Labeaume craint les débordements lors de la consultation sur la question du transport en commun annoncé pour la fin du mois ou au mois de juin.


    Est-il utile de rappeler toutes les tergiversations du maire Labeaume dans le dossier du transport en commun à Québec? Peu de temps après son arrivée à la tête de la Ville de Québec, il endossait la recommandation phare du rapport sur la mobilité durable. Quand il s’est fait dire par les autorités du gouvernement du Québec que ce serait un projet trop cher, il s’est ravisé et a opté très rapidement pour un SRB (système rapide par bus).


    Le lancement du numéro de la revue l’Action nationale sur le projet du Port de Québec s’est tenu au collège de Limoilou le 24 avril. J’y ai assisté, un peu plus de quarante personnes étaient présentes. L’organisateur de l’événement, Pierre-Paul Sénéchal du GIRAM (groupe d’initiatives et de recherches appliquées sur le milieu),  a d’abord expliqué qu’il aurait apprécié tenir cet événement à l’école St-Paul Apôtres de Limoilou, la voie ferrée passant très près de ce bâtiment, soit quelques mètres, et transportant maintenant, en direction du port, des matières dangereuses, du pétrole par exemple. Environ le cinquième du pétrole exporté par le Port de Québec, passerait par la voie ferrée. Monsieur Sénéchal rappelle qu’à l’époque, le train transportait alors des passagers. Les risques étaient en conséquence vraiment très différents.


    J’ai assisté à une table ronde sur la densification urbaine dans le cadre de l’assemblée annuelle du conseil de quartier de Sillery, le 11 avril.


    J’ai assisté à une partie de la consultation organisée par la Ville de Québec sur le programme particulier d’urbanisme (PPU) – pôle urbain Belvédère, soit l’après-midi du 30 mars. Cette forme de consultation où l’expression du point de vue citoyen est compressée à sa limite, à mon point de vue, soit cinq(5) pour les personnes qui ont déposé un mémoire et trois (3) minutes pour celles qui n’en ont pas déposé.


    On se rappellera que monsieur Labeaume a annoncé que ses efforts, comme maire, porteront sur la qualité de vie pour les citoyens dans tous les quartiers de la Ville de Québec. Mais, qu’est-ce que ça veut dire au juste quand il évoque ce thème qui, on peut le présumer, servira de thème important pour la prochaine campagne électorale du mois d’octobre prochain.


    J’ai assisté le 17 mars au colloque étudiant du Centre de recherche en aménagement et développement de l’Université Laval. Des étudiants de maîtrise et de doctorat faisaient part de l’avancement de leurs travaux. À l’approche de la discussion publique du schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec (SAD) probablement en avril prochain, ça semblerait opportun qu’un tel outil devant prévoir, pour de nombreuses années, le cadre dans lequel celle-ci est appelée à évoluer, soit l’horizon de 2041, tienne compte clairement des préoccupations de cette génération qui étaient exprimées à cette occasion. Est-il utile de rappeler que c’est cette génération sera présente et active pendant toute la durée de l’application du SAD?


    On se souvient tous que pendant que la Ville consultait les citoyens de la Pointe de Ste-Foy sur le programme particulier d’urbanisme (PPU) dans ce secteur et arrivait à une entente signée sur la hauteur maximale des bâtiments susceptibles d’être érigés sur le boulevard Laurier, que celle-ci ne dépasserait pas 30 étages.


    Après avoir parcouru un très récent article du New York Times, intitulé « As France’s Towns Wither, Fears of a Decline in Frenchness », publié le 27 février dernier, et qui exposait le cas de la Ville d’Albi dans le Sud de la France, on se rend compte que la préservation du cœur historique d’une ville tient beaucoup de la volonté politique de ses élus et de l’appui de ses élites pour que celui-ci reste vivant.


    Les citoyens intéressés à participer, à s’exprimer sur des enjeux associés au devenir de la ville, ou du quartier où ils résident, peuvent être confrontés à d’importants défis de conciliation vie personnelle, familiale, professionnelle, etc. Il peut en être ainsi des personnes qui ont été élus dans les conseils d’administration des conseils de quartier, mais également de tous les citoyens soucieux de la qualité de vie de leur quartier, de leur arrondissement ou de la ville dans son ensemble.


    Le groupe Voix citoyennes a organisé le 1er mars une activité d’information et de réflexion à l’Université Laval réunissant chercheurs universitaires, étudiants de diverses disciplines, praticiens et citoyens. Cinq (5) conférences ont le tour de plusieurs enjeux appelés à marquer le futur des villes dans lesquelles la très grande majorité de la population québécoise vit, des enjeux susceptibles d’influer grandement sur la qualité de vie des citoyens, des enjeux à propos desquels les citoyens devraient pouvoir se prononcer et des avis qui devraient être clairement pris en considération dans la prise de décision.


    Est-il possible de voir dans le débat sur la gouvernance municipale où les élus demandent qu’un projet de loi qui retire le droit au référendum pour les citoyens en désaccord avec un projet de développement immobilier soit adopté, comme associé à la question du financement des municipalités?


    Le 14 février dernier, Régis Labeaume, maire de la Ville de Québec, comparaissait en commission parlementaire sur le projet de loi 122, faisant des municipalités des gouvernements de proximité. Son discours a été axé essentiellement sur l’importance de retirer aux citoyens le droit au référendum. Il estime qu’il appartient aux élus de prendre les décisions quant aux orientations de développement de la Ville et que ceux-ci sont élus pour ça. Pour monsieur Labeaume, les personnes en désaccord avec les projets mis de l’avant appartiennent à des groupes organisés qui ont des visées politiques.


    J’ai assisté, le 1er février, à la rencontre de consultation sur le projet d’agrandissement du Port de Québec comme beaucoup de nos concitoyens – environ 200 personnes étaient présentes. Cette rencontre a soulevé, à mes yeux, des questions sur la nature de cet exercice d’évaluation environnementale.


    J’ai lu avec attention l'avis du GIRAM (groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu) sur le projet d’agrandissement du Port de Québec. L’analyse des documents déposés à l’agence canadienne d’évaluation environnementale sur le sujet laisse supposer que le projet du Port de Québec est, en grande partie, fondé sur un changement de mission du Port pour que celui-ci se lance dans le transport du pétrole.


    L’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS) de l’Université Laval a organisé, le 26 janvier, une activité sur le thème « Numérique et innovations : enjeux, perspectives, collaborations ». Il convient de préciser que l’ITIS regroupe plus de 150 chercheurs de 13 facultés universitaires. Trente-deux chaires de recherche et de regroupements de chercheurs y sont associés. J’ai assisté à cette activité.


    Monsieur Labeaume a promis lors du conseil municipal du 16 janvier, de se tenir à côté de la population de Limoilou si l’évaluation environnementale du projet d’agrandissement du Port démontrait qu’il y a du danger. On peut se demander ce que ça voudrait dire concrètement, quels moyens la Ville prendrait pour ça?


    Les cours, voire les programmes en anglais se multiplient dans les universités francophones québécoises. Ces institutions prétextent la mondialisation pour justifier cet état de fait.


    Je souhaite vivement interpeller les élus de la région, qu’ils le soient au fédéral ou au provincial sur le projet d'agrandissement du Port.


    Je souhaite vivement interpeller les élus de la région, qu’Is soient élus au fédéral ou au provincial sur ce sujet.


    Une conférence de presse a été organisée, à l’initiative de Marc Engel et de Jean Rousseau, porte-parole de la Coalition pour le Marché du Vieux-Port, le 12 décembre sur le sujet du déménagement du Marché vers Expo Cité. Plusieurs commerçants de différents quartiers de la Ville étaient présents, de même que certains restaurateurs dont Daniel Vézina, chef très connu.


    Le CLSC Haute-Ville offrait des services de prélèvement opportun pour deux des quartiers les plus densément peuplés de la Ville de Québec, soit St-Jean Baptiste et Montcalm. Toutefois, ces services sont transférés ailleurs.


    Je ne peux que m’interroger sur les conditions particulières dans lesquelles s’est tenue la consultation sur la cuisine de rue par rapport à celles qui ont prévalues pour les récents programmes particuliers d’urbanisme (PPU).


    Lundi, le 7 novembre prochain, aura lieu, à 16h, une consultation sur la modification du règlement 2220 de la Ville de Québec. Ce règlement détermine les balises en fonction desquelles les projets de densification peuvent se réaliser dans les différents arrondissements et ce, afin de favoriser, en principe, une meilleure intégration des bâtiments dans leurs milieux respectifs. Toutefois, ce règlement modifié doit faire l’objet d’une décision lors de la séance du conseil municipal qui suivra immédiatement cette heure dite de consultation.


    Lundi, le 7 novembre prochain, aura lieu, à 16h, une consultation sur la modification du règlement 2220 de la Ville de Québec. Ce règlement détermine les balises en fonction desquelles les projets de densification peuvent se réaliser dans les différents arrondissements et ce, afin de favoriser, en principe, une meilleure intégration des bâtiments dans leurs milieux respectifs. Toutefois, ce règlement modifié doit faire l’objet d’une décision lors de la séance du conseil municipal qui suivra immédiatement cette heure dite de consultation.

    Lundi, le 7 novembre prochain, aura lieu, à 16h, une consultation sur la modification du règlement 2220 de la Ville de Québec. Ce règlement détermine les balises en fonction desquelles les projets de densification peuvent se réaliser dans les différents arrondissements et ce, afin de favoriser, en principe, une meilleure intégration des bâtiments dans leurs milieux respectifs. Toutefois, ce règlement modifié doit faire l’objet d’une décision lors de la séance du conseil municipal qui suivra immédiatement cette heure dite de consultation.


    La ville de Québec est la seule ville de 500 000 résidents ou plus, à travers le Canada, à ne pas offrir de transport en commun aux voyageurs de l’aéroport.


    J’ai assisté, le 20 octobre, à un atelier organisé par des citoyens en réponse au projet de loi 109 sur la Capitale nationale. Cet atelier a été organisé dans la foulée de la table ronde du 8 septembre dernier sur ce projet de loi afin de réfléchir de façon plus approfondie sur deux sujets susceptibles de toucher grandement à la réalité de la vie des citoyens de Québec. Le comité organisateurs avait invité environ une trentaine de personnes qui se sont réunies aux Loisirs Montcalm à cette occasion.


    Cet événement a été organisé par le conseil de quartier St-Louis, le 12 octobre dernier. Plus d’une cinquantaine de personnes y étaient réunies pour discuter de ce sujet crucial dans la région considérant le dépôt, en juin dernier, du projet de loi 109 sur la Capitale nationale. Ces citoyens venaient d’abord du quartier St-Louis, mais il y en avait de plusieurs autres quartiers ou arrondissements de la Ville dont Beauport, Charlesbourg, Notre Dame des Laurentides, La Cité-Limoilou.


    La Ville de Québec annonce dans son communiqué du 3 octobre dernier la mise en place d’une nouvelle bibliothèque dans le quartier St-Sauveur dont l’ouverture est prévue pour le mois de mars 2018.


    Je suis allée entendre une partie des mémoires présentés pour l’avant-projet de programme particulier d’urbanisme de St-Roch sud, le 22 septembre en après-midi. J’ai eu l’occasion d’entendre plusieurs promoteurs et deux groupes citoyens.


    Dans le Journal de Québec, un article du 19 septembre intitulé « Québec promet plus de pouvoirs aux municipalités » spécifie que les villes doivent devenir des gouvernements de proximité. Toutefois, il ne me paraît pas évident de comprendre à quoi réfère monsieur Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, quand il annonce cela. Ce serait très judicieux de le préciser pour que l'on comprenne bien les objectifs réellement visés.


    Le 8 septembre, j’assistais à la table ronde sur le thème suivant : La consultation publique. Un mécanisme à revoir à Québec. Cette rencontre s’est tenue aux Loisirs Montcalm et a réuni un grand nombre de personnes, probablement plus d’une centaine. Cette table ronde a été organisée par des citoyens qui se s’interrogent sur les impacts du projet de loi 109 sur la Capitale nationale qui contient une disposition qui éliminerait le droit au référendum pour les citoyens.


    J’ai assisté le 8 septembre à une partie des auditions des mémoires déposés sur l’avant-projet du programme particulier d’urbanisme (PPU) du pôle urbain Belvédère. Cette rencontre s’est tenue dans les locaux des Loisirs St-Sacrement. Les mémoires devaient obligatoirement être déposés le premier septembre. Le PPU vise le territoire compris entre les rues Holland à l’Ouest, Des Braves à l’Est, la Pente Douce au Nord et la Grande-Allée au Sud, ce qui, dans ce dernier cas, inclut les Jardins Merci (ensemble densément peuplé). Il s’agit donc d’une territoire vaste et diversifié.


    J’ai pu constater, en visionnant un vidéo disponible sur youtube, que la Ville de Québec était en train d’élaborer un projet pour « créer » un nouveau pôle d’emploi soit l’Espace d’innovation Michelet. Ce projet est prévu pour être placé aux confins des autoroutes 73 et 40 et à proximité de la rue Michelet dans le quartier Les Saules. C’est par hasard que je l’ai découvert, sans doute comme beaucoup de citoyens.


    À l’automne sera discuté en Commission parlementaire le projet de loi 109 portant sur la Capitale nationale. Il est prévu que ce projet de loi retire aux citoyens le droit au référendum pour les citoyens. Rappelons que d’après plusieurs articles parus dans les médias au mois de juin, lors du dépôt du projet de loi, il est apparu que depuis quinze ans, il y avait eu cinq référendums à Québec.


    On le sait tous, il y a un débat qui persiste à Québec sur la question des terres des Sœurs de la Charité depuis qu’un promoteur a acheté ces terres à la fin de l’année 2014. Beaucoup estiment que ces terres qui ont toujours été exploitée depuis le début de la colonie pour en nourrir les habitant devraient être préservées, le Québec comptant, semble-t-il, un très petit pourcentage de terres agricoles, soit 2% de son territoire. C’est notamment le cas de l’Union des producteurs agricoles (UPA) qui a milité contre le dézonage de ces terres, l’UPA a été appuyé par plusieurs groupes environnementaux, des groupes citoyens et des citoyens.


    Pendant l’été 2016 se déroulent à Québec plusieurs consultations citoyennes en même temps. Il est important de donner quelques exemples pour illustrer à quel point les résidents de la Ville sont sollicités.


    Les citoyens de Québec qui se sont engagés, ces dernières années, dans des procédures complexes menant à un référendum en raison d’un projet de construction, l’ont fait principalement parce que ces projets ne leur semblaient pas s’intégrer dans leur milieu. À titre d’exemple, ça a été le cas pour le projet de l’Ilot Esso et pour le projet de l’Ilot Irving.


    Il a fallu attendre cinq ans entre le moment du dépôt du rapport sur la mobilité durable en 2011 et la mise sur pied du bureau de projet pour le SRB (système rapide par bus). C’est très loin d’être le cas pour l’agrandissement de l’autoroute Laurentienne qui a fait l’objet de spéculations diverses en 2015. Il y a quelques semaines, monsieur Labeaume a exposé, dans une conférence de presse, sa demande à cet égard et deux semaines plus tard, le bureau de projet était annoncé (voir l’article de Simon Boivin intitulé « Élargissement de Laurentienne. Québec crée un bureau de projet » dans Le Soleil du 16 juillet 2016).


    Inscription
    Votre compte ici : Votre page Web  

    En ouvrant un compte gratuit ici vous pourrez écrire des nouvelles et vous faire connaître dans le quartier et dans la région.

    Votre Carte de visite (la vôtre ou celle de votre commerce ou organisme), apparaîtra tout en haut de votre page Web, et elle sera suivie du sommaire de tous vos articles.

    Votre Carte de visite sera également présentée sous chacun de vos articles complets.

    Vous publiez à la fréquence qui vous convient, vos textes resteront toujours dans les pages du journal, classés de façon appropriée.

    Si vous avez un intérêt commercial ou avez tout simplement besoin de visibilité, votre Carte de visite pourrait donner aux lecteurs tous les renseignements dont ils ont besoin.

    Les avantages publicitaires (cliquez)

    Vous vous assurez une belle présence dynamique sur le Web. Non seulement les lecteurs, mais les gens qui cherchent des produits ou services vous trouveront car votre Carte de visite et vos Articles sont indexés automatiquement dans les moteurs de recherche.

    À chaque fois que vous publiez, votre Article passe en haut des pages du journal, et vous augmentez votre visibilité.

    Une page Web dans un journal, c'est comme avoir son magazin dans un centre commercial, vous bénéficiez de l'achalandage.

    Vous disposez de tous les outils nécessaires pour faire suivre vos Articles ou votre Page Web sur vos réseaux sociaux ou par courriel.

    Nous offrons plusieurs plans : vous en choisissez un dans votre profil en fonction de ce que vous voulez voir apparaître sur votre Carte de visite.

    En créant votre compte gratuit, vous aurez accès à tous les détails supplémentaires : Créer un compte ici

    La rédaction
    Aucun article populaire n'a été trouvé.
    Aucun journaliste populaire n'a été trouvé.
    Soyez visibles sur
    Nouvelles du Quartier  


    Voir notre offre - Cliquez !

    Message à nos partenaires

    Mettez votre commerce en ligne et vendez plus!

    —›

    Kaléidoscope, le verre dans toute sa splendeur

    —›

    La maison des jeunes, un lieu d'amusement et d'apprentissage d'un code de vie

    —›

    La firme BouchardBoucher lauréate du concours d'idées en désign urbain pour le futur pôle muséal du quartier Montcalm

    —›

    Rencontre avec l'auteur de bande dessinée Mathieu Sapin au Musée des beaux-arts

    —›

    De la traversée du désert à un beau trip

    —›

    Les arts en Nouvelle-France

    —›

    Frédéric Poitras, un politicien nouveau genre

    —›

    Acheter et vendre avec un courtier immobilier

    —›

    Une explosion de saveurs en bouche à l'Atelier

    —›

    «Il ne faut pas banaliser la consommation de la viande» : Florent Lautier

    —›

    Les 100 ans du quartier Montcalm à travers la promenade des écrivains

    —›

    Anne Guérette, une femme de conviction

    —›

    Franck Fabre, le boulanger passionné de F1

    —›
    Untitled Document
    (X) | Créez votre compte (pour publier vos Nouvelles du quartier, Communiqués de presse, Carnet communautaire, etc.) - Cliquez sur : PUBLIEZ VOS NOUVELLES
    Inscription
    (X) | Veuillez garder votre curseur dans cet espace OU | Formulaire seul -› (cliquez)
    Chers lecteurs, participez aux Tirages-cadeaux, etc. :  Gens d'affaires, professionnels, élus, etc. :
    Nicole Moreau
         Veuillez entrer vos renseignements personnels
        * Courriel:
        * Salutations:

        * Prénom:
        * Nom:
         Tél:
       
         Vous représentez une organisation?
         Votre titre:
         Organisation:  
         (Si votre organisation a un but commercial, cochez)
         Site Web:
         Ndq_Editeur:
         Ndq_Id:
         Ndq_Role:
         Ndq_Url:
         Ndq_Ucompagnie:
     
     
     


    Cliquez pour voir notre offre de Partenariat

     Veuillez cocher pour en discuter avec un responsable du journal et soumettre le formulaire de gauche.

    Une fois votre présence établie dans le journal, nous présenterons vos offres dans les pages du journal et les enverrons à nos lecteurs.

    Valable pour toutes les offres dans la région   Contact : 418.800.7375 - Info : info@fcwmedia.com  
    Vous recevrez les offres de nos partenaires "Coupons-rabais" et participerez aux Tirages Cadeaux (vous pourrez vous désincrire en tout temps).
    Untitled Document

    (X) | C'est ici que nous annoncerons nos bonnes nouvelles, spéciaux, etc. :  (Liens à venir)

    Pour l'instant, vous seriez aimable de participer à notre Sondage lectorat - cliquez.
    (Nous voulons savoir (en toute anonymité) quel est le profil de nos lecteurs)

    Nos Partenaires "Régionaux"
    • Cliquez sur le logo pour visiter : www.VotreSiteWeb.com  Votre slogan ici


    Nos Partenaires "Provinciaux"
    • Cliquez sur le logo pour visiter : www.VotreSiteWeb.com  Votre slogan ici
    • www.NouvellesDuQuartier.com Votre journal citoyen


    Untitled Document

    www.FCWmedia.com NouvellesDuQuartier.com - [Accueil]

    Communautés d'intérêt

    (Nos journaux sont en développement - ceux marqués d'une astérisque ont déjà publié. Nous pouvons ouvrir des journaux partout.)


    Renseignements

    Voir notre plan de visibilité :

    Nous créons des plates-formes media sectorielles clé en main et hébergées - sous contrat de partenariat.

    Nous contacter : info@fcwmedia.com

    Journaux citoyens mis à votre disposition pour que vous publiiez vous-même des nouvelles d'intérêt pour votre communauté (géographique ou d'intérêt).

    Vous pouvez publier :

    • Des nouvelles
    • Des articles d'opinion
    • Des carricatures
    • Des annonces communautaires
    • Des invitations culturelles
    • etc.

    En ouvrant un compte, vous disposez :

    • De votre propre page Web
    • De tous les outils dont vous avez besoin pour préparer et diffuser vos publications